Oligo-éléments, santé et performance des animaux

Oligo-éléments, minéraux et profils métaboliques.

Notre confère vétérinaire Guillaume LEQUEUX a présenté, au mois de mai 2016, un exposé sur la thématique oligo-éléments, santé et performance des animaux (spécial bovins) lors des journées SNGTV à Nantes. En cliquant sur son nom vous le découvrirez intervenant sur un autre sujet de prédilection : la « résistance bactérienne aux antibiotiques ».

En combinant les compétences en pathologie bovine de Guillaume LEQUEUX et les décennies d’expérience du site LABOCEA Combourg en biochimie LABOCEA met à disposition des vétérinaires et des autres laboratoires ses compétences dans le cadre de l’aide au diagnostic des maladies métaboliques en élevage. LABOCEA reçoit ainsi des demandes d’analyses de différentes régions françaises pour le dosage d’oligo-éléments et de minéraux.

Les profils métaboliques permettent, à partir d’un échantillon représentatif, de déceler d’éventuelles anomalies d’origine nutritionnelle ou métabolique, cause de bien des troubles et de chutes de production chez les animaux. Les oligo-éléments jouent un rôle fondamental dans la santé et les performances des bovins, par leurs multiples rôles physiologiques. La fréquence des carences en oligo-éléments semble augmenter du fait de l’amélioration des performances des animaux, de la diminution de la concentration en oligo-éléments des rations (avec l’utilisation d’espèces végétales plus productives mais aussi plus pauvres en oligo-éléments : ray-grass, ensilage de maïs) et des possibles interactions entre oligo-éléments. Ainsi, ces carences peuvent être primaires (défaut d’apport) ou secondaires (exemple des carences en cuivre liées à des excès de molybdène ou, plus rares, des carences en zinc par excès de cuivre).

Le texte de l’intervention ci-joint se concentre sur les éléments suivants : cuivre, zinc, sélénium, iode, manganèse et cobalt. Les éléments les plus documentés, et donc, dont les rôles, les prévalences observées et les impacts semblent les plus importants sont le cuivre, le zinc, le sélénium et l’iode. Les autres oligo-éléments n’ont pas été évoqués lors de la conférence, car il existe assez peu de données les concernant (à l’exception peut-être du chrome).