Comme plusieurs pays d’Europe, la France a été confrontée à un épisode d’influenza aviaire hautement pathogène depuis la mi-novembre 2020. Dans ce cadre, Labocea participe au dispositif de veille relatif au virus. Son rôle est de réaliser les premières analyses d’échantillons prélevés sur des oiseaux d’élevages ou de la faune sauvage.

Les analyses sont effectuées sur le site de Ploufragan (22), équipé d’un laboratoire de niveau de protection P3, rénové en 2017, qui permet d’éviter la propagation des virus dans l’environnement. L’équipe « Immunologie – Virologie – PCR » est mobilisée, y compris le week-end, afin d’effectuer cette surveillance cruciale pour le secteur de l’élevage.

 

La surveillance des élevages

Labocea-Ploufragan fait partie des 13 laboratoires de criblage en France autorisés à effectuer les premières analyses. En cas de mortalité anormale et suite à des suspicions cliniques dans des élevages, des laboratoires vétérinaires transmettent des échantillons à l’équipe « Immunologie – Virologie – PCR » de Ploufragan qui alerte, dès réception, le laboratoire national de référence (LNR) de l’ANSES, basé à Ploufragan, ainsi que la mission d’urgence sanitaire de la Direction générale de l’alimentation (DGAL).

Les analyses sont effectuées via la technique PCR. Les résultats sont délivrés en 24 h maximum. S’ils sont positifs, les échantillons sont transmis au LNR qui procède à des analyses complémentaires. Quand le caractère hautement pathogène est confirmé, le LNR envoi l’information à la DGAL qui prend les dispositions réglementaires et rend compte à l’Europe, ainsi qu’à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

La surveillance de la faune sauvage

Elle s’effectue dans le cadre du réseau SAGIR (Surveiller les maladies de la faune sauvage pour agir) en lien avec l’Office français de la biodiversité. Les oiseaux morts sont transmis à Labocea par des bénévoles qui les trouvent dans la nature ou par des laboratoires vétérinaires qui ont réceptionné ces animaux et préparé les échantillons. De même, les autopsies d’oiseaux sauvages pour suspicion d’influenza aviaire sont faites dans nos locaux protégés, à la demande de la Direction départementale de la protection des populations, du Préfet ou de la Direction régionale de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt pour laquelle nous avons mis en place une astreinte influenza.

En savoir plus sur l’épidémie d’influenza aviaire >>