Les experts nationaux de l’analyse des sols réunis à Combourg

Le Groupement d’Études Méthodologiques pour l’Analyse des Sols (GEMAS) est une association nationale. Elle regroupe les experts des laboratoires compétents dans l’analyse des sols. Ses membres se réunissent tous les ans chez l’un des adhérents. Cette année, la réunion se tenait à Combourg (35) les 13 et 14 juin. C’est dans cette ville que se situe le laboratoire d’analyse de sols de LABOCEA.

Le 14 juin a donné lieu à une série de conférences d’experts nationaux de l’analyse des sols.

Jérémy GUIL de la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne (CRAB) a présenté le contexte agricole breton. Après une mise en perspective historique, il a mis l’accent sur les problématiques nées de l’intensification. Il a expliqué comment, à partir des années 90, l’environnement et l’agriculture raisonnée ont pris le dessus.

Dans un second temps, Jérémy GUIL a présenté des actions menées par la CRAB sur le thème de la fertilisation. Il a aussi souligné que les analyses de sols qui se font, de façon croissante, au plus près des champs. Celles-ci nécessitent cependant toujours un accompagnement des laboratoires en termes de validation des résultats.

Prévoir l’évolution des sols 

Présentation du « Partenariat mondial pour les sols » de la FAO, par Marie-Françoise SLAK, chargée de mission sols et matière organique au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.
Présentation du « Partenariat mondial pour les sols » de la FAO, par Marie-Françoise SLAK, chargée de mission sols et matière organique au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Thierry MORVAN, de l’INRA Rennes, a présenté ses travaux sur la minéralisation des sols dans l’Ouest (projet Mh). Il a aussi expliqué ses recherches sur l’analyse de l’azote potentiellement minéralisable (APM). L’ensemble a pour objectif de mettre en place des modèles prédictifs.

Il a ainsi mis en avant l’importance de l’harmonisation des méthodes d’analyse et du recul historique, ici une base de données de 15 ans d’analyses des cultures, pour disposer d’indicateurs fiables.

Nicolas SABY, chef de projet du programme national de surveillance des sols Infosols de l’INRA Orléans, a animé un débat autour de la Banque de données d’analyse des terres (BDAT). Celle-ci permet de cartographier l’évolution des sols à l’échelle nationale. L’objectif est mettre à disposition des agriculteurs des outils de décision les plus précis possibles.

Ce travail s’est vu confronté cette année au Règlement général sur la protection des données (RGPD). Mais l’utilisation des données à des seules fins scientifiques permet de le poursuivre.

À l’échelle mondiale

Marie-Françoise SLAK, chargée de mission sols et matière organique au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, a présenté un programme de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Celui-ci a pour ambition d’établir une base de données de même type que la BDAT à l’échelle mondiale. Elle a sollicité les contributions des experts des sols à ce programme international.

Puis, Pascal DENOROY, président du COMIFER (COMité d’étude et de développement de la FERtilisation), a présenté les travaux en cours des différents groupes de travail. Il a aussi annoncé les Rencontres de la fertilisation raisonnée et de l’analyse, organisées conjointement par le GEMAS et le COMIFER. Cet événement se tiendra les 20 et 21 novembre à Dijon.

Éric Le Dréan, chef d’établissement départemental de LABOCEA représentant Bernard MARQUET, président de LABOCEA et vice-président du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, a conclu la matinée. Il a souligné que les experts de l’analyse des sols ont la volonté de transformer des données individuelles, à savoir les résultats d’analyses, afin de les exploiter pour l’intérêt général.

La veille, le 13 juin, les experts du GEMAS ont visité le site de LABOCEA Combourg.

 

Article mis en ligne le 19/06/2019